5 choses à savoir – Mazda MX-30 2022

5 choses à savoir – Mazda MX-30 2022

Nouvelles

Publié par Mazda de Magog le 30 août 2021

Aujourd’hui, on vous parle du premier véhicule électrique chez Mazda, le MX-30, qui, fidèle à la tradition de la marque, ne fait rien comme les autres!

Alors sans plus tarder, voici 5 choses à savoir sur ce MX-30 2022! 

#1 Pourquoi MX-30?

Pour plusieurs, les lettres MX chez Mazda représentent le roadster japonais le plus populaire de l’histoire, la MX-5. Mais pour les fans de la marque, comme nous, MX est à l’origine du nom de rien de moins qu’une douzaine de Mazda, autant concept que de production, et même de course parce qu’en fait, ce préfix signifie tout simplement Mazda eXperimental.

La première MX par exemple, la MX-81 Aria Concept, dévoilé, vous l’aurez deviné, en 1981, était une étude de style menée en partenariat avec la firme italienne de design Bertone. Si ses gigantesques fenêtres et son habitacle futuriste n’ont pas survécu, sa partie avant elle est littéralement à l’origine du style Mazda des années 80.

À la fin de la décennie, c’était la naissance de la Mazda eXperimental project number 5, ou MX-5 pour les intimes. Quelques années plus tard, en 1992, lorsque la FIA bannit les moteurs rotatifs aux 24h du Mans, Mazda dû remplacer la 787B qui avait remporté l’épreuve l’année précédente par la nouvelle MXR-01, munie d’un V10 de Formule 1 et basée sur la XJR-14 de Jaguar qui venait de se retirer du championnat. 

Petite anecdote, l’homme derrière la Jaguar XJR-14 n’était nul autre que Ross Brawn, le directeur technique derrière les belles années de Michael Schumacher, père fondateur de l’actuelle écurie Mercedes, et présentement directeur sportif de la F1 au grand complet! 

Toujours est-il qu’en 1992, outre la MXR-01, nos clients ayant au moins un cheveu gris se rappelleront aussi de la MX-3 et de son rutilant V6 de 1,8 litre, qui était encore une fois, une expérience du manufacturier nippon.

Alors, à la lumière de ce cours 101 sur l’histoire des modèles MX chez Mazda, vous comprendrez pourquoi le premier véhicule électrique de la marque était prédestiné à utiliser ces lettres, et pour les passionnés de chiffres qui se demandent toujours « pourquoi le chiffre 30 », et bien c’est tout simplement parce que le MX-30 est de dimensions similaires et basé sur le CX-30. 

#2 161km d’autonomie, pourquoi?

Si expliquer l’histoire du préfix MX nécessite 300 mots et qu’expliquer le calcul du suffixe 30 en nécessite dix, disons qu’à première vue, on pourrait penser que même un doctorat en médecine animale ne serait pas suffisant pour expliquer l’éléphant dans la pièce que représentent les 161 kilomètres d’autonomie de la petite batterie de 35.5 kWh du MX-30. Évidemment, c’est son plus grand défaut. Mais curieusement, c’est aussi sa plus grande qualité, et ce, pour deux grandes raisons. 

a première est son empreinte écologique. À l’usage, l’auto électrique qui parcourt 20 000km par année libérera deux tonnes métriques de Co2 dans l’atmosphère si l’électricité pour la recharger provient de barrages hydroélectriques, comme ici au Québec. Dans le cas de l’auto à essence moyenne, calculez plutôt 5,2 tonnes métriques de Co2. 

Par contre, à peu près tout le monde sait qu’extraire les matières premières pour produire une voiture électrique est un processus qui n’est pas tout à fait carboneutre, surtout en raison des batteries. En fait, produire un véhicule électrique avec de petites batteries comme le MX-30 peut émettre de deux à cinq tonnes métriques de Co2, ce qui est quand même mieux que les sept tonnes générées pour fabriquer une auto à essence moyenne. Mais pour un modèle avec de plus grosses piles, comme une Tesla à longue autonomie par exemple, on parle plutôt de 17 tonnes métriques de Co2! 

Pensez-y, considérant que le trajet moyen quotidien d’un automobiliste est d’environ 50 kilomètres, les batteries de la Tesla Model Y et ses 525km d’autonomie pourraient être vus comme l’équivalent du V8 d’un Dodge Durango Hellcat lorsque les voitures électriques domineront le parc automobile!

Alors, d’un point de vue purement écologique, la petite batterie du MX-30 fait du sens. Mais elle fait aussi du sens pour une deuxième raison : si le MX-30 nécessite moins d’énergie à produire, il coûtera évidemment moins cher, et c’est précisément pourquoi il promet d’être l’un des véhicules électriques les plus abordables du marché avec un PDSF de 42 150$. Soustrayez à ça les 13 000$ de subventions gouvernementales et on se retrouve avec un prix très intéressant!  

#3 Un design peu orthodoxe

Malgré ses proportions similaires à celles du CX-30, le MX-30 propose un look nettement plus futuriste! La partie avant se démarque par ses phares à DEL et sa petite calandre qui creusent le pare-chocs. 

À l’arrière, les feux arrondis sont vraiment très beaux, mais c’est surtout sur les côtés qu’il détonne avec tout ce que l’on retrouve dans le segment! On a premièrement une immense section inférieure en plastique mat, une ligne de toit coupée, et même des portes-suicide comme la RX-8. 

On se retrouve donc sans pilier B, ce qui veut dire un meilleur accès aux places arrière, mais l’inconvénient d’une telle configuration, c’est que pour ouvrir les portières arrière, il faut ouvrir celles à l’avant en premier. Même si c’est un peu moins pratique, il faut tout de même souligner l’audace de Mazda qui semble toujours vouloir faire les choses à sa manière!

#4 Habitacle techno et écolo

À l’intérieur du MX-30, certains éléments comme le volant et l’écran multimédia sur le tableau de bord sont plutôt semblables à ce que l’on retrouve dans un CX-30, mais d’autres éléments sont complètement nouveaux, à commencer par la console flottante et son écran tactile au centre qui réunit les commandes de ventilation et vient donner une touche de modernisme aux habitacles normalement très conservateurs chez Mazda. C’est la même histoire aussi avec le tableau d’instrumentation derrière le volant qui est maintenant partiellement digital. 

Notez aussi l’utilisation de différents matériaux écologiques comme les plastiques à base de bouteilles recyclés, le cuir végane, et surtout, le liège dans la console qui est vraiment l’élément le plus intéressant à bord selon nous, car non seulement c’est écologique, mais ça rend aussi hommage à l’histoire de Mazda puisqu’à l’origine, l’entreprise fabriquait des bouchons de liège. Un peu plus de 100ans plus tard, utiliser du liège dans leur première voiture électrique est tout simplement génial quand on y pense! 

#5 Arrivée prévue cet automne

C’est donc dans à peine quelques semaines que le Mazda MX-30 fera son arrivée dans les 4 concessions du Groupe Beaucage Mazda en tant que premier véhicule électrique offert, et déjà, plusieurs clients en ont réservé un! Alors, en attendant de pouvoir vous le faire découvrir en personne, n’hésitez pas à communiquer avec nous pour toutes questions. Au plaisir! 

Davantage de nouvelles